La devinette du lundi : C’était bien Jupiter et Sémélé de Gustave Moreau

Jupiter et Sémélé, G Moreau

Bravo rinceventdeuxfleurs ! ^^ C’était bien Jupiter et Sémélé de Gustave Moreau.

Qui ? Gustave Moreau est né à Paris en 1826 et mort en 1898. C’est un peintre symboliste français du XIXe siècle.

Quoi ? Il s’agit d’une huile sur toile, commandé par Léopold Goldschmidt en 1889 et achevé en 1895.

Sémélé est la fille d’Harmonie et de Cadmos, le fondateur de Thèbes. Elle est représentée foudroyée, anéantie par la vision de Jupiter transfiguré. En effet, elle a prêté attention aux paroles de Junon, l’épouse jalouse de Jupiter, qui, sous les traits de la nourrice de Sémélé, Béroé, lui avait suggéré d’exiger de du Dieu cette métamorphose alors qu’elle la savait fatale pour une mortelle.

Le savez-vous ?

A la base du trône, on trouve deux allégories :

  • la Mort qui porte une épée ensanglantée, symbole de son acte accompli ;
  • la Douleur, couronnée d’épines tel le Christ, qui tient un lys, symbole de pureté.

Pour Gustave Moreau, elles « forment [la] base tragique de la vie humaine ».

Où ? au Musée Gustave Moreau à Paris

Pour plus d’infos : http://musee-moreau.fr/objet/jupiter-et-semele

Publicités

La devinette du lundi : C’était la Cène de Léonard de Vinci

La Cène, Vinci.jpg

Bravo Isangeles ! C’était bien la Cène de Léonard de Vinci.

Qui ?

Léonard de Vinci, né à Vinci le 15 avril 1452 et mort à Amboise le 2 mai 1519, est un peintre florentin, un scientifique, un ingénieur, un inventeur, un anatomiste, etc,

Quoi ?

Jésus dit : « Je vous le dis en vérité, l’un de vous, qui mange avec moi, me livrera. » La Cène, le dernier repas de Jésus et ses apôtres, capte l’instant où Jésus vient de dire ces paroles.

Les apôtres sont bouleversés. Ils sont répartis en quatre groupes de trois. De gauche à droite sont figurés Barthélemy, Jacques le Mineur, André, Judas, Pierre, Jean, Jésus, Thomas, Jacques le Majeur, Philippe, Matthieu, Thaddée et Simon.

Au centre, le visage du Christ est d’une immense sérénité. Tout le tableau est bâti autour de lui. En ce visage, se manifeste la convergence de l’humain et du divin, suggéré par le paysage sans fond encadré par les trois baies. En effet, tous les personnages sont à la même hauteur que Jésus pour rappeler l’homme qu’il est ; et son caractère divin est montré par les lignes de fuites qui vont à la fois vers lui mais aussi semblent partir de lui, illuminant la scène. C’est sa parole qui se propage.

La perspective n’est donc pas qu’une simple technique de dessin : elle permet de raconter et de guider le regard du lecteur à travers la scène et ses symboles.

Quand ?

La fresque est peinte entre 1495 et 1498.

Où ?

Elle se trouve dans le réfectoire du couvent Santa Maria della Grazie de Milan. Depuis le Moyen Âge les murs des réfectoires des monastères sont illustrés de la Cène.

Le saviez-vous ?

La légende dit que Léonard mit trois ans à finir son tableau, parce qu’il n’osait pas s’attaquer au visage du Christ.

La devinette du lundi : c’était bien Olympia de Manet

Edouard_Manet, Olympia

Bravo Charlotte du marais (http://leblogdechadume.wordpress.com/) !!

Qui ?
Édouard Manet (né à Paris le 23 janvier 1832 – mort à Paris le 30 avril 1883) est un peintre français majeur de la fin du XIXe siècle, initiateur de la peinture moderne.

Quoi ?
Cette huile sur toile a choqué par son sujet, une prostituée, comme par son traitement. Le sujet s’inscrit dans la tradition du nu féminin cultivée par Titien, Vélasquez ou Goya, entre autres, ainsi que par des peintres académiques de l’époque de Manet, mais ces peintres peignaient des nus mythologiques, allégoriques ou symboliques, contrairement à Manet qui choisit de peintre une prostituée nue. De plus, l’assurance de cette femme, son regard droit et franc ont été ressentis comme une provocation supplémentaire de la part de l’artiste.

Vénus titien
Vénus d’Urbin, Titien, Galerie des offices

Le saviez-vous ?
Olympia était un surnom courant chez les courtisanes de l’époque. Le petit chat noir à droite est d’ailleurs probablement une allusion érotique.

Où ?
Olympia est un tableau réalisé par Édouard Manet en 1863 et conservé au musée d’Orsay. Ce tableau est refusé au Salon de 1863. Manet ne le présentera pas au Salon des Refusés de 1863. L’œuvre sera finalement acceptée et présentée au Salon de 1865.

Pour en savoir plus :

http://www.musee-orsay.fr/index.php?id=851&tx_commentaire_pi1%5BshowUid%5D=7087

http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=216

La devinette du lundi : c’était bien le massacre de la St Barthélémy de François Dubois

Francois_Dubois, massacre de la st barthelemy

Bravo Le souffleur de mots (http://lesouffleurdemots.com/) 😀

Qui ?
François Dubois (Amiens, 1529 – Lausanne, 1584) est un peintre français parisien protestant.

Quoi ?
Ce tableau du massacre de la Saint Barthelemy fut réalisé entre 1576 et 1584 par François Dubois, rescapé de la tuerie alors que toute sa famille de confession huguenote s’est fait assassiner par les catholiques. Il souhaitait que son tableau reflète la réalité du massacre à travers les vêtements :
– catholiques représentés en rouge = bourreaux,
– protestants en noir ou en chemise de nuit = démons à tuer.

Le massacre de la Saint-Barthélemy est le massacre de protestants déclenché à Paris, le 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélemy, prolongé pendant plusieurs jours dans la capitale, puis étendu à plus d’une vingtaine de villes de province durant les semaines suivantes.
Tous les détails de cette terrible nuit de la Saint-Barthélemy se trouvent dans cette œuvre : les femmes transpercées, les pillages, l’assassinat de Coligny….pour nous donner une véritable vision de ce massacre.

Pour en savoir plus : http://www.herodote.net/24_aout_1572-evenement-15720824.php

 

La devinette du lundi : c’était bien La Nativité de Charles Lebrun

Nativité-Charles_Le_Brun

Bravo Isangeles !

Qui ?
Charles Le Brun est né le 24 février 1619 et mort le 12 février 1690. Il est un artiste peintre et décorateur français, premier peintre du roi Louis XIV, directeur de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, et de la Manufacture royale des Gobelins. Il s’est surtout illustré dans la décoration du château de Versailles et de la galerie des Glaces.

Quoi ?

Les représentations populaires de la Nativité telles celle de Lebrun sont assez courantes, à une époque où les français sont très pieux. Elles montrent Joseph et Marie penchés sur le berceau de Jésus, entourés d’animaux de ferme. L’étable où ils auraient trouvé refuge est, selon l’inspiration des artistes, soit une grotte, soit une grange, voire une interprétation architecturale.